François-René de Chateaubriand

Une magistrale œuvre littéraire

Chateaubriand est un homme de lettres français. Il est l’un des grands noms de la littérature française. Très jeune, il se fait remarquer par son intelligence aiguë, et très tôt il exprime son géni créatif d’écrivain. D’une grande sensibilité poétique, il est considéré comme l’un des précurseurs du romantisme les plus influents de sa génération. Il sera un modèle pour les écrivains romantiques postérieurs, notamment avec  » Mémoires d’outre-tombe « , une œuvre majeure marquée par le lyrisme et l’analyse de ses sentiments. Les premiers livres recréent son enfance et sa formation dans son milieu social de petite noblesse, tandis que les livres suivants relèvent davantage du tableau historique des périodes dont il a été le témoin de 1789 à 1841. Chateaubriand a été en outre un journaliste. Il est l’auteur d’articles retentissants, dans  » Le Moniteur  » et  » Le Conservateur « . Par ailleurs, il a embrassé une carrière militaire et, plus tard, politique grâce à son sens et sa connaissance de l’histoire.

Naissance de Chateaubriand

François-René de Chateaubriand est un écrivain français engagé. Il est né le 4 septembre 1768 à Saint-Malo. Il commence ses études au collège de Dol où il se fait remarquer par sa précoce intelligence. Il les termine brillamment au collège de Rennes. Issu d’une famille aristocratique aisée, il est destiné à la carrière de marin (d’ailleurs, son père était armateur), mais il y renonce. Il entame alors une carrière militaire, puis fait son entrée à la cour à l’âge de 19 ans. Une carrière brillante

François-René de Chateaubriand 1

s’ouvre devant lui. Malheureusement la Révolution vient renverser toutes ses espérances. À Paris où il fréquente les écrivains de son époque, il est témoin de la Révolution française.

Chateaubriand en Amérique, le voyage initiatique

Chateaubriand entame un voyage en Amérique. Le jeune voyageur s’enfonce dans les forêts et dans les solitudes du Nouveau-Monde. Il voyage seul, portant son bagage sur le dos, couchant à la belle étoile, ou demandant l’hospitalité à la hutte des indiens dont il étudie les mœurs et le langage. C’est au milieu de ces immenses forêts, au sein de cette nature vierge et grandiose, qu’il sent naître son génie. La nature démesurée du Nouveau Monde comble son désir de liberté et lui fournit l’inspiration grandiose qui nourrira toute son œuvre. 

Chateaubriand, retour et engagement

Après deux ans de séjour au sein des forêts vierges du Nouveau-Monde, Chateaubriand rentre à Saint-Malo en 1792 et se marie. Plus tard, il s’exile à Londres en 1795 après avoir été blessé lors des combats contre les armées de la République naissante. Il écrit dans quelques journaux pour se procurer de quoi vivre. C’est là qu’il compose son premier ouvrage  » Essai sur les Révolutions « , paru en 1797, dans lequel il manifeste déjà son engagement politique. Sa femme est emprisonnée, et une partie de sa famille, restée en France, est guillotinée. En 1800, il rentre en France et s’installe à Paris, alors que sa femme et sa sœur sont restées en Bretagne.

La carrière politique de Chateaubriand

Chateaubriand entame une carrière politique, aux côtés de Napoléon Bonaparte. Mais il démissionne au bout de quelques années d’exercice, lorsqu’il apprend l’exécution du duc d’Enghien. A la Restauration, Chateaubriand embrasse à nouveau une carrière politique : en 1815, il est nommé ministre d’Etat et pair de France, et rejoint l’Académie française. Il occupe différentes fonctions politiques au cours des dix années qui suivent, et devient notamment ambassadeur en Allemagne

François-René de Chateaubriand 2

et en Italie. Après la révolution de 1830, fatigué des revirements politiques en France, il se retire des affaires.

Chateaubriand, ses débuts d’écrivain et son succès littéraire

Les premiers écrits de Chateaubriand rencontrent un grand succès. Deux œuvres romantiques sont éditées :  » Atala « , publiée en 1801, suscite une admiration universelle et commence la réputation littéraire du jeune écrivain. D’innombrables éditions, des traductions dans toutes les langues, popularisent en quelques mois le nom de Chateaubriand. Encouragé par ce succès, il publie le second épisode,  » René « , sorti en 1802. La même année, il publie  » Le génie du christianisme « , un essai célébrant la pureté et le potentiel artistique de cette religion décriée après les événements révolutionnaires. Après un voyage d’un an en Orient, il publie en 1809  » Les martyrs  » puis  » Itinéraire de Paris à Jérusalem « . Sa visite en Espagne et à l’Alhambra, lui inspire  » le Dernier des Abencérages «  (1826). Citons d’autres œuvres de Chateaubriand :  » Voyage en Amérique «  ;  » les Natchez «  ;  » La Vie de Rancé «  ;  » les Études historiques «  ;  » le Paradis perdu de Milton « . Chateaubriand a été en outre un journaliste. Il est l’auteur d’articles retentissants, dans  » Le Moniteur  » et  » Le Conservateur « .

Chateaubriand, une œuvre à titre posthume

Chateaubriand est célèbre pour son récit autobiographique  » Mémoires d’outre-tombe « . Il débute la rédaction de son œuvre en 1809, sous le titre  » Mémoires de ma vie « , et dont la rédaction prend fin plus de trente ans plus tard. Mais conformément à la volonté de l’auteur qui a souhaité que ces mémoires ne soient publiées qu’après sa mort, elles prendront par la suite le titre de  » Mémoires d’outre-tombe « . Avec cette œuvre magistrale et posthume, l’auteur atteint la postérité. Dans ce récit autobiographique, l’auteur retrace les soixante-dix années de sa vie. Il se fait également le témoin des événements politiques et militaires marquants de l’Europe de son temps. Ce texte, à la fois chef-d’œuvre autobiographique et témoignage historique de premier plan, manifeste une évolution de sa prose qui ne demeure pas moins influente sur la littérature française.

Chateaubriand, précurseur du romantisme

François-René de Chateaubriand 3

Chateaubriand décédé le 4 juillet 1848. Il est inhumé à Saint-Malo. Ses restes sont déposés dans l’austère et solennelle sépulture qu’il s’est lui-même préparée, sur le rocher du Grand Bé, un îlot auquel on accède à pied depuis Saint-Malo lorsque la mer est retirée. L’écrivain d’une grande sensibilité poétique est considéré comme l’un des précurseurs du romantisme, un mouvement littéraire et artistique né au début du XIXème siècle en France. Ce mouvement est caractérisé par la dominance de la sensibilité, de l’émotion et de l’imagination sur la raison et la morale. Les œuvres  » Atala  » et  » René «  sont particulièrement caractéristiques de ce courant littéraire de part les descriptions minutieuses de la nature et l’évocation du « moi » qui y est très présente. Toutefois, c’est grâce à son œuvre  » Mémoires d’outre-tombe  » marquée par le lyrisme et l’analyse de ses sentiments que Chateaubriand va véritablement devenir un modèle pour les écrivains romantiques postérieurs.

Vous pouvez réserver sur notre site
ou par téléphone au 02 99 56 16 73.

Hôtel Mercure Saint Malo Balmoral

Vous aimez cet article ?

Partager sur facebook
Share on Facebook
Partager sur twitter
Share on Twitter
Partager sur linkedin
Share on Linkdin
Partager sur pinterest
Share on Pinterest

Votre commentaire

blank

Saint Maclou

Le saint de Saint-Malo Saint Maclou est l’un des sept saints fondateurs de la Bretagne continentale. La ville de Saint-Malo doit son nom à ce

Lire plus »
blank

Jacques Cartier

Le découvreur du Canada Jacques Cartier, attiré très jeune par la mer et par les aventures qu’elle peut lui offrir, est un navigateur et explorateur français. Auteur de

Lire plus »
blank

Robert Surcouf

Un grand corsaire au palmarès inégalé    Robert Surcouf est embarqué dès l’âge de 13 ans. D’abord jeune marin en quête d’aventure et de gloire, il

Lire plus »